Bienvenue to online magazine about Design, Art, Lifestyle & Culture. Pure aestheticism, nothing more.

La sensualité et expression de l’affiche polonaise

Fon_121_polish_fr

Une affiche polonaise n’est même pas exactement une affiche, et non comme quelque chose d’utilitaire, de publicité ou de propagande. Dans la culture polonaise, et maintenant dans la culture mondiale, il fait partie de l’art, étroitement associé au théâtre et au cinéma. À savoir, avec ces œuvres, commence le chemin envoûtant du spectateur pour mettre en scène l’action.

images_121_-Polish_placat_9

1.Ryszard Kaja, Viva Diva, affiche 2. Ryszard Kaja, Parfum: L’histoire d’un meurtrier, affiche 3. Leszek Żebrowski, affiche de théâtre Resistible Rise of Arturo Ui (Kariera Artura Ui), 1999




L’affiche est devenue un phénomène appelé aussi «l’école polonaise de l’affiche».

L’affiche polonaise est un sujet intéressant et vaste, dans lequel vous comprenez qu’il est assez difficile de mettre toute son histoire, ses représentants et son influence sur les arts visuels en un seul article. Il y a tant de contradictions, tout d’abord, avec leurs propres sources. L’origine de l’école polonaise a eu lieu dans les conditions du réalisme socialiste, mais en même temps, les affichistes polonais l’ont ridiculisée de toutes les manières possibles.

images_123_polish_placat_11

1. Sadowski Wiktor, Macbeth – Verdi, 1984, 2. Stasys Eidrigevicius, Do Have Your Own Politics, Revue politique ‘Polityka’, 1993, 3. Czerniawski Jerzy, Forefathers Eve, affiche de théâtre, 1978




L’affiche, dans le cadre de son genre, combine la graphicité avec une peinture, métaphore avec hyperbolicité et motifs surréalistes. Mais le concept généralement accepté d’affiche commerciale a été hardiment repoussé à l’arrière-plan, mettant en avant l’idée et son incarnation originale. Il ne fait aucun doute que l’école polonaise de l’affiche, née dans les années 50 du XXe siècle, a influencé la formation et le développement du graphisme. L’énergie et l’expression de ses messages ne laissent personne indifférent, ils «retournent l’âme» et «font exploser le cerveau».

images_123_polish_placat_1

Heinrich Tomashevsky, affiches de films, photo – Bibliothèque de films folkloriques

Henryk Tomaszewski (1914-2005) est considéré comme le fondateur de l’école polonaise de l’affiche. À l’Exposition internationale de l’affiche de cinéma à Vienne en 1948, il reçoit cinq premiers prix à la fois.

Après la guerre, lui et Erik Lipinski ont reçu des commandes permanentes pour créer des affiches pour l’industrie cinématographique polonaise.

Ces œuvres ont brisé la sagesse conventionnelle dans l’esthétique des affiches. Les photos de film traditionnelles ont été remplacées par des images abstraites, ainsi que par une typographie expressive. Et c’était une nouvelle décision – c’était le début de l’école polonaise de l’affiche, qui inspire encore les artistes et les graphistes non seulement en Pologne, elle est devenue un phénomène mondial et a pris sa place dans l’histoire du design graphique.

images_123_polish_placat_2

Roman Cieslewicz, affiches, photos – Cinémathèque folklorique

Roman Cieslewicz (1930-1996), un graphiste talentueux, est également considéré comme une figure influente dans la formation de l’école graphique nationale polonaise, et pas seulement, a été l’une des figures clés du design graphique dans la seconde moitié du XXe siècle.




Il était membre de l’Union des artistes polonais, de l’Alliance Graphique International (AGI) et du Centre international des arts typographiques. Directeur artistique du magazine Elle, où, comme Brodovich au Harper Bazaar, il a annoncé son propre concept de l’apparence visuelle du magazine.

La vie créative de Cheslevich était riche et fructueuse. Dans ses œuvres, il utilise la photographie, le montage, le collage.

images_123_polish_placat_3

Mieczysław Wasilewski 1. Bloody Fairy – Tale, affiche de film, 19712.Fille avec une canne, affiche de film, 1975 3.Habitat, affiche sociale, 1975

Mieczysław Wasilewski a étudié avec Tomaszewski, ses affiches sont construites comme des « charades graphiques et conceptuelles », préférant une gamme limitée de couleurs.

images_123_polish_placat_4

 

Mieczysław Wasilewski 1. Dirty Dancing, affiche de film, 1987 2. Pour l’année, par jour, pendant un moment, affiche de film, 1976 3. Le fantôme mystérieux, affiche de film, 1977

En 1975, l’artiste crée une affiche anti-guerre dans laquelle il manipule «Être ou ne pas être» de Shakespeare en insérant le mot «guerre» comme une ombre de «ou» (ou).

En 1994, Wasilewski a remporté le premier prix d’un concours pour la conception d’une affiche dédiée au 50e anniversaire du déclenchement du soulèvement de Varsovie. L’affiche gagnante présente un drapeau polonais déchiré avec Kotvica peint sur fond noir – l’emblème de l’État clandestin polonais et de l’armée de l’intérieur pendant la Seconde Guerre mondiale.

images_123_polish_placat_5

Mieczysław Wasilewski 1. Être ou (faire la guerre) ne pas être ?, affiche politique, 1975 2. Kontakt 95 Festival international de théâtre, affiche culturelle, 1995 3.OPPA 97, affiche du festival de la chanson, 1997




Le dessin de Wasilewski est aussi reconnaissable que ses affiches ou les graphiques de ses livres. L’artiste utilise principalement le pinceau et l’encre, alla prima, c’est-à-dire rapidement avec quelques traits précis. Pour lui, le dessin est un acte d’improvisation, bien qu’il soit précédé de nombreuses variations différentes que l’artiste ne révèle jamais au public. Sa série de dessins représente des visages de femmes, dont chacun est dessiné de manière succincte et calligraphique, mais reflète en même temps parfaitement les traits et l’humeur des personnages. Les portraits de Vasilevsky se comportent comme des signes, des idéogrammes de visages, conservant toujours une ressemblance frappante avec le modèle. Ses traces sont douces, lyriques, parfois complétées par un lavage, une tache ou un décollage, et souvent aussi une dose d’humour chaleureux.

images_123_polish_placat_6

Waldemar Świerzy 1. Sunset Bouleard, 1957, photo from culture.pl  2. Theater poster Horsztynski, 1978-1985.  photo.design-is-fine.org 3. Tosca. music poster Italian opera, 1992

Waldemar Swierzy, (1931–2013) is one of the most prolific Polish artists, with over 2,500 posters.

He used unusual concepts with a variety of techniques, often reflecting the social history of Poland from the 1950s to the 1980s, with many styles: folk art from the 50s, pop art from the 60s, portraits from the 70s, and television images.  80s.  In addition, his Great Jazz series of famous American jazz personalities became so famous that he republished them in later years as signed lithographs.  The series includes: Louis Armstrong, Ray Charles, Jimi Hendrix, Charles Mingus and Charlie Parker and others.

images_121_-Polish_placat_7

Rafał Olbiński, The Journey to Reims, Gioacchino Rossini, the Grand Theatre-National Opera, Varsovie, 2005




Rafał Olbiński est graphiste, illustrateur et peintre. En 1981, l’artiste s’installe aux États-Unis, où il est reconnu à la fois par la critique et le public. Ses affiches et illustrations apparaissent régulièrement dans les pages du New York Times, du New Yorker et du Time. Il a reçu de nombreux prix internationaux prestigieux (par exemple Society of Illustrators à New York, Art Directors Club de New York, Prix Savignac à Paris). Ses œuvres font partie de collections d’art contemporain renommées.

images_121_-Polish_placat_8

Wieslaw Walkuski, VI Bydgoski Festiwal Operowy Mixed Media, 1999, One Flea Spare, 1999, Sweet Bird of Youth, 2008

Les affichistes polonais contemporains sont frappants par leur originalité et, en même temps, par leur attachement aux principes généraux de l’école de l’affiche créée par Heinrich Tomaszewski. L’affiche – dans la culture polonaise, a acquis une signification, une publicité, une propagande plus qu’utilitaire; elle, étroitement associée au théâtre et au cinéma, est devenue une partie de l’art. Il est sensuel, expressif, il charge son énergie, son idée est exprimée brièvement, ses images sont vastes, souvent l’anxiété et la douleur sont cachées derrière une ironie surréaliste.

images_123_polish_placat_10

1. Franciszek Starowieyski, They, affiche théâtrale, 1978 2. Franciszek Starowieyski, Frank le cinquième, affiche théâtrale, 1970 3. Franciszek Starowieyski, affiches et dessin. 2008




Sources:

https://madparis.fr/francais/musees/musee-des-arts-decoratifs/expositions/expositions-terminees/roman-cieslewicz-la-fabrique-des-images/#&gid=1&pid=8http://www.wasilewski .art.pl / plakaty.htmlhttps: //polishpostergallery.com/gallery/

Similar posts
  • Cinq choses de cette semaine #19 Le dernier mois de l’automne … Je n’écrirai pas sur un peu de splin, de nostalgie, de politique ou de virus, «qui hante la planète», etc., pensons positivement. Dispersons le froncement de sourcils avec des points lumineux ou graphiques contrastés ou tous ensemble et mélangeons les formes futuristes au classicisme, les objets conceptuels au néo-gothique. [...]
  • Le rare tableau de David Hockney &laq... David Hockney, Nichols Canyon, 1980, photo artsy.net Le paysage « Nichols Canyon » par David Hockney de 1980 sera mis en vente lors de la prochaine vente du soir de Phillips le 7 décembre. Le tableau est évalué à environ 35 millions de dollars, selon un communiqué de presse de Phillips, et est présenté comme « de loin le [...]
  • La brillante époque. Le Bijoux art du... Quand y a-t-il la lumière de centaines de bougies, les diamants clignotent, les rubis et les spinelles scintillent doucement, les saphirs et les émeraudes contrastent avec eux avec la brillance froide. Les pierres précieuses, savamment insérées dans l’or et l’argent, comme les étoiles, parfois les constellations entières scintillent sur les surfaces de la soie lourde, [...]
  • Ford vs Ferrari. Critique du film   Ford vs Ferrari, le film basé sur des événements réels avec des personnages réels, principalement sur la nature humaine, sur la destruction de l’espoir, sur un rêve retrouvé, sur la déception, sur l’amour, l’amitié, sur les grandes ambitions, sur les vanités potentiellement vulnérables, la gloriole gonflée, qui a donné le cours de cette histoire. L’intrigue [...]
  • Photographe Atom: « S&rsqu...   Chaque artiste, créateur, quel que soit son domaine, a toujours une idée et son message. Sans concept, il n’y a pas d’art, sans lui, c’est juste un métier ou une performance dénuée de sens. Un photographe japonais travaillant sous le pseudonyme Atom (1980, basé à Tokyo) invite le spectateur à regarder notre planète, le [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

  • English
  • Русский
  • Français

Commentaires récents

    Рейтинг@Mail.ru