Bienvenue to online magazine about Design, Art, Lifestyle & Culture. Pure aestheticism, nothing more.

Henri Matisse. La couleur pure. La ligne pure. L’inspiration pure

Fon_34_Matisse_fr

Lorsque mon adolescence j’assisté à une école d’art. Un jour, nous étions assis et peindre une nature morte. (Il était une composition de fruits, de stockage et de tissus drapés). Tout était comme d’habitude. Mais à un moment, notre professeur, qui passait par là parmi nos chevalets, était arrêté et nous a dit.

– Arrêtez vos œuvres et de le regarder. Puis il avait éteindre les ampoules et quelque chose d’étonnant a été projetée sur le mur. Il était rangée de diapositives des images de Henri Matisse.
-Regardez cette pures couleurs, il n’y a pas de teintes brunes sales, même à l’ombre.
-Et Maintenant explorer vos œuvres. Il a dit de nous retourner à la réalité et son tour sur la lumière dans l’atelier.

pic_1_2

Nature morte avec Bleu Nappe, 1909. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

pic_2

Nature morte avec cruche et étain statuette rose. 1910. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

Ma nature morte me semble après couleurs vives de Matisse si pauvre et blanchi comme il serait mis sous le soleil pendant des mois ou recouvert certaines couches de poussière.
Certains vague d’inspiration me couvrait.  Je me sentais tellement le désir fort de créer quelque chose avec une plus grande liberté intérieure avec légèreté. Il était réel soulèvement de mon esprit. Je refait à partir de zéro. Le violette froid et outremer sont apparus dans mon ombre à la place saleté sombre. Les couleursdonnèrent l’effet de fraîcheur et de vitalité.
C’était grande leçon, je pourrais dire qu’il était le coup dans ma conscience.
Donc, il est arrivé ma première rencontre avec cet artiste.

pic_3

Fruits et bronze, 1910. Pouchkine Musée des Beaux-Arts de Moscou

pic_4

Rose Nude, 1935. Le Musée d’Art de Baltimore, Baltimore

Mais avant tout, il faut posséder le don de la couleur comme un chanteur doit posséder la voix. Sans ce don, on ne peut aller nulle part… Un coloriste marque de son empreinte même un simple dessin au fusain. Les mots appartiennent à l’un des artistes les plus talentueux avec le grand sens de la couleur,a Henri Matisse.

Et vraiment tous les travaux de Matisse sont perçus à travers la couleur pure et la ligne.

pic_5

«Atelier du peintre», 1910. Pouchkine Musée des Beaux-Arts de Moscou

images_matisse_2

1. «Une fenêtre ouverte». La galerie nationale d’Art de Washington. 1905  2. «La femme avec un chapeau». 1905. Musée d’art moderne de San Francisco

Ses œuvres majeures «Un fenêtre ouverte» et «La femme avec un chapeau» ont été exposées dans le 1905, à l’exposition Salon d’Automne à Paris. Dans un revue du spectacle, un critique d’art contemporain a mentionné ces tableaux comme les images audacieuses déformées peintes par certains artistes qu’il surnomme «fauves», ou «bêtes sauvages». Donc à partir de cette phrase insultante, abandonné par un critique, le style du groupe, où Matisse était le chef, est venu à être connu comme le fauvisme.

pic_1

«Nature morte espagnole», c.1910/ 1911. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

Mais il y avait des gens qui ont apprécié la créativité de Matisse. A ce Salon, où le plus d’audience naissain dans le côté de «fauves», Gertrude et Leo Stein a acheté «La femme avec un chapeau», un portrait de Madame Matisse. Cette image a été l’un des objets pour les attaques. Gertrude Stein, l’un des partisans les futurs les plus importants de Matisse, a rapporté que les gens gratta les toiles en dérision. «Un pot de peinture a été jetée dans le visage de public» a été la réaction par le critique Camille Mauclair. Louis Vauxcelles a décrit le travail avec la phrase historique «Donatello Au milieu des fauves!» (Donatello parmi les fauves), se référant à une sculpture de la Renaissance-type qui a partagé la chambre avec eux. Son commentaire a été imprimé le 17 Octobre 1905 à Gil Blas, un quotidien, et est passé dans l’usage populaire. Derain lui-même a appelé plus tard la couleur «les bâtons de dynamite» des Fauves.

arab_caffe«Le café Maure» (Arab Coffeehouse), 1911. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

Mais le fait d’acheter de ce image a eu un effet très positif sur Matisse qui souffrait démoralisation de la mauvaise réception de son travail.

vase_with_irises

«Le vase d’iris». 1912. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

magnolia

«L’œuvre Nature morte au magnolia», Centre Pompidou, Musée National d’Art Moderne, Paris

Il avait les admirateurs de sa création en Russie ainsi.

Deux collectionneurs d’art russes se sont démarqués au début du 20ème siècle: le marchand Sergueï Chtchoukine (1854-1936) et le fabricant Ivan Morozov (1871-1921). Tant l’art moderne français acquirent, développèrent une sensibilité pour repérer les nouvelles tendances et les promurent en Russie.

L’artiste a créé une de ses œuvres majeures « La danse » spécialement pour Chtchoukin dans le cadre d’une commission de deux peinture. Inspiré par une danse circulaire, peut-être une sardane, effectuée par les pêcheurs à Collioure, cette peinture incarne le choc entre le sacré et la réalité. des mains humaines relient ensemble, mais ils forment un esprit divin. En outre, Matisse pratiquement abandonné perspective planéité de l ‘de travail met l’accent sur l’idée, les couleurs et les matières, une notion qui a fait un modèle pour Matisse modernistes. L’autre tableau commandé était «Musique», 1909.

dance

«La danse»,1909. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

music«Musique», 1909. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

Chtchoukin a été considéré par certains presque comme un co-producteur de certains des plus grandes œuvres de l’artiste et a été fortement engagé dans le travail du peintre français.  En ce qui concerne les attaques violentes contre son ami, le Russe a écrit à l’artiste: «Le public est contre vous, mais l’avenir est à vous». En 1914, la maison Chtchoukine à Moscou contenait trente-sept Matisse. «Il a toujours pris le meilleur», a déclaré l’artiste. La collection est maintenant à l’Ermitage et Pouchkine Musées. Donc, nous sommes chanceux, nous pouvons voir son travail en Russie par grand instinct de lart et de goût des mécènes russes du début du XX siècle.

Le fait intéressant, Matisse avait une grande popularité et l’acceptation de sa créativité en Russie et aux États-Unis que dans sa patrie.

hermitage_halls

L’exposition des œuvres d’Henri Matisse dans de nouvelles salles. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

La même chose est arrivée avec l’artiste russe Léon Bakst. Ses œuvres ont été achetées volontiers par les musées et les collectionneurs d’art du monde entier français, mais les connaisseurs russe de cette époque sont restés indifférents à lui.

Hélas, un prophète est pas méprisé que dans son propre pays.

pornter_Deliktorsk

Le portrait de Lydia Delectorskaya (la derniere muse de Matisse), 1947. Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

Mais maintenant, tout le monde le sait que le grand artiste du XXe siècle, et qui peut inspirer les gens par sa créativité, son sentiment fantastique de couleur, sa ligne précise jusqu’à nos jours.

Comme il est écrit dans Wikipedia:

original

 

Henri Matisse, né Henri Émile Benoît Matisse le au Cateau-Cambrésis et mort le à Nice, est un peintre, dessinateur, graveur etsculpteur français.

Figure majeure du xxe siècle, son influence sur l’art de la seconde partie du siècle est considérable par l’utilisation de la simplification, de la stylisation, de la synthèse et de la couleur comme seul sujet de la peinture aussi bien pour les nombreux peintres figuratifs ou abstraits qui se réclameront de lui et de ses découvertes. Il fut le chef de file du fauvisme.

Similar posts
  • Le Monde de cristal de la géométrie ... Avez-vous déjà voulu regarder à l’intérieur des cristaux? Peut-être, il y a un monde spécial qui se trouve derrière les bords de quartz rose ou de corindon bleu ou tout le cristal est le prisme à travers lequel vous allez voir à l’intérieur de quelque chose de plus. Wenzel Hablik, coupole autosuffisante avec cinq sommets [...]
  • Art Nouveau du Nord   Il n’y a rien de nouveau, sauf que nous ne sommes pas fatigués de répéter pour la cent cinquante et unième fois: « Saint-Pétersbourg est une ville incroyable! » Parfois, nous marchons dans les mêmes rues du centre, comme il semble, pendant une éternité et cessons de remarquer beaucoup, approfondissant dans nos pensées et nos soucis. [...]
  • Cinq choses de cette semaine #8   L’automne n’est pas un moment de tristesse et de mélancolie, l’automne est le moment où il faut mobiliser un organisme détendu pour commencer de nouveaux projets. Le ciel bleu transparent et le jaune pâle Le soleil de septembre est toujours la belle combinaison, alors laissez-le être une tendance pour notre catégorie cette semaine. 1. [...]
  • Patrick Nagel. Le pouvoir captivant d... Parfois, il est extrêmement difficile d’évaluer le travail de l’artiste moderne, Patrik Nagel (1945-1984) était un pionnier, un créateur qui a inspire un grand nombre des illustrateurs, le concept d’artistes et de designers. Sa manière est imitée et aujourd’hui par les artistes de la bande dessinée, de l’industrie du jeu, de l’animation et de l’illustration [...]
  • Cinq choses de cette semaine #6 Cet été est venu sur son «équateur». C’est un peu triste, si l’on considère que cela ne nous a pas plu par un beau temps. Mais les plus chers à nous aperçus de turquoise derrière les taches principales de nuages lourds. Mais encore, August nous promet les nuits étoilées et les continuations de la saison [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

  • English
  • Русский
  • Français

Commentaires récents

    Рейтинг@Mail.ru