Bienvenue to online magazine about Design, Art, Lifestyle & Culture. Pure aestheticism, nothing more.

La sensualité mystique de Leonor Fini

Post_101_Leonor_Fini_fr

Les lignes douces nous attirent au fond de ses peintures, contrastées mais en même temps, des ombres douces et des frontières floues et floues sensuelles et mystérieuses engagées, vivant dans leur propre monde séparé, il n’ya pas de joie et de plaisir que pour elles-mêmes.

images_101_1_m

La leçon de botanique, 1974

La contemplation de ses propres mondes de ses créatures mystérieuses, incompréhensibles, presque surnaturelles. Parfois, ell etait l’appelle comme l’artiste française le plus influent, mais aussi le plus incompréhensible et incompris du XXe siècle. Peut-être, mais quelle femme artiste de la société artistique de cette époque serait reconnue? Une espèce d’extraordinaire et indépendante, une image de femme artiste occupée dans l’environnement du monde artistique masculin. Son art est contradictoire, surgissant sous un jour sombre, pas toujours accepté par les critiques, mais attrayant et peut-être révélant la sensualité subtile et la sensibilité de la nature féminine.

images_101_2_m

Autoportrait avec Scorpion (1938)

Le travail de Fini est souvent considéré comme surréaliste. Elle ne le pensait pas et elle ne s’est jamais traitée avec aucun groupe artistique, restant dans son monde imaginaire, dont les frontières ne se limitaient pas aux écoles et aux tendances de cette époque. Mais Leonor Fini était parmi les esprits artistiques les plus célèbres de l’époque, était une figure brillante, une muse pour de nombreux artistes. Ses images, étranges, fantastiques, révèlent l’incroyable univers d’une personnalité brillante et charismatique.

images_101_3

Leonor (August 30, 1907 – January 18, 1996), the daughter of an Argentine (there is a version of the Russian emigrant) and an Italian mother, Leonor inherited a bright temperament. Her parents divorced in her childhood and the separation between them was not simple (her mother fled with her child to Italy to relatives). My father tried to find her, but the mother dressed Leonor as a boy, and it worked. So not finding his daughter, he left and did not make any attempts to meet her. Leonor turned out to be a gifted child and although she did not receive systematic art classes. But the talent developed when, due to injuryof eyes, she was forced to spend what time in the bandage. Later, Feeney admitted that at that time she lived in her invented world, a vision from there later became the plots of some of her works.

images_101_6

À l’âge de 17 ans, elle était connue des artistes de Milan et participait à des expositions. Glory courait devant elle. Arrivée à Paris avec son fiancé prince italien, elle n’était pas novice parmi les artistes. Bohema l’a acceptée, belle, audacieuse et extrêmement talentueuse. Le marié a été oublié, mais l’exposition personnelle a été la première exposition personnelle de l’artiste 25 ans dans la galerie sous la direction de Christian Dior.

images_101_7

Après s’être séparée du marié, elle se proclama femme indépendante et se lia d’amitié avec les personnalités les plus célèbres de cette époque, Henri Cartier-Bresson, Salvador Dali, Max Ernst et l’écrivain André Pieir de Mandirrague . Ce dernier est devenu son amant. Ses œuvres sont rapidement connues et comprennent l’exposition principale et formidable d’art fantastique, de Dada et de surréalisme dans MOMA en 1936, en même temps que son exposition personnelle à New York, la galerie de l’avant-garde Julien Levy Halley.

images_101_5

À Paris, en 1939, elle supervise la galerie de Leo Castelli, où l’on imaginait un mobilier surréaliste, mais pendant une courte période, l’occupation de Paris par les fascistes la força à déménager avec André et un nouvel amant à Arcachon, au sud-ouest de la France. , où elle est restée environ un an en compagnie de ses amis Salvador Dali et Gala. Elle a ensuite déménagé à Monte-Carlo, où elle a rencontré le jeune diplomate italien Stanislao Lepri, qui est devenu l’une des plus grandes et durables dans sa amore. Avec elle, elle a déménagé à Rome, où elle a travaillé et était amie avec Anna Magnani, Luchino Visconti et d’autres représentants exceptionnels du monde de l’art.

images_101_4

Après la libération de Paris en 1946, elle est revenue et y est restée jusqu’à la fin de sa vie. Il existe des personnes uniques qui, au cours de leur vie, donnent leur amour, inspirent et transmettent leur énergie. Sous l’influence de Fini Stanislao Lepri, amoureux insouciant, abandonne sa carrière diplomatique et devient un artiste surréaliste, peut-être moins célèbre que Leonor, mais doué et peu ordinaire.

images_101_8

Plus tard, elle a rencontré un autre amour, un écrivain, un journaliste et traducteur polonais, Konstanti Jeleński. Pendant plus de 40 ans, ils vivaient ensemble dans son appartement parisien et tout le monde dans le monde comme une source de joie et d’inspiration.

De nature polyvalente, Leonor Fini s’est essayée à bien des égards en tant que costumière dans des théâtres de renommée mondiale (Grand Opera pour Paris pour George Balanchine et La Scala pour Maria Callas, Cinéma pour Fellini pour le film collection de masques était une exposition séparée dans différentes galeries du monde et en tant que designer, elle a créé un flacon de parfum « Shock » pour Elsa Schiaparelli, sous la forme d’un corps féminin, anticipant ainsi une telle création de Gautier.

images_101_13

Le flacon de parfum « Shock », créé d’après l’esquisse de Leonor Fini.

Illustratrice de talent, elle a travaillé sur de nombreuses œuvres. Parfois, en tant que généreuse amie, elle a confié ses œuvres à des écrivains pour les aider à publier leurs œuvres plus rapidement.

images_101_11

Magnétisme de la nature, amour de la théâtralité et choquant, douce féminité et sensualité mystique, avec un tempérament indépendant, le charisme d’une personne extraordinaire – tout cela s’entrelace dans son héritage artistique, dans son propre style.

images_101_10

Les œuvres de Leonore sont des mondes spéciaux remplis d’énergie érotique et hypnotique. Il est peu probable que nous comprenions leurs messages profonds et cachés, mais que nous les considérions comme un cosmos où une porte de la connaissance s’ouvre pour nous faire passer avant le prochain phénomène bloqué pour la compréhension, c’est ce qui nous est donné. La cognition à travers le dialogue silencieux du spectateur et de l’artiste est comme une conversation sur l’amour et le sens d’être des femmes sensuelles aux sphinx mystiques des peintures de Feeney, et qu’elle soit propre à chacun.

images_101_9

images_101_12

Similar posts
  • Photographe Atom: « S&rsqu...   Chaque artiste, créateur, quel que soit son domaine, a toujours une idée et son message. Sans concept, il n’y a pas d’art, sans lui, c’est juste un métier ou une performance dénuée de sens. Un photographe japonais travaillant sous le pseudonyme Atom (1980, basé à Tokyo) invite le spectateur à regarder notre planète, le [...]
  • Quand le design inspire # 14. Nike et...   Tennis – Le sport est beau, intelligent, où beaucoup de choses sont conservatrices, avec ses propres traditions. Ce n’est un secret pour personne qu’au Royaume-Uni, lors du tournoi principal de Wimbledon, un code vestimentaire strict pour les joueurs (uniforme blanc uniquement). Le reste du monde du tennis n’est pas si dur, mais il respecte [...]
  • Samuel Salcedo. Hyperréalisme ou vie ...   Peut-être à première vue, les sculptures hyper-réalistes de Samuel Salcedo semblent peu attrayantes et même répugnantes à certains endroits.   Mais après avoir regardé de près, vous pouvez comprendre et accepter son message – c’est nous, les gens qui ne sont pas couverts de masques de bonté, c’est quand nous ne cherchons pas à [...]
  • Cinq choses de cette semaine #18 Avril. La nature commence à orner notre réalité par des douces couleurs. Le soleil n’est toujours pas aussi brillant pour éblouir, mais tente de chauffer tout le monde par sa chaleur. L’herbe est enfin libérée de la couverture neigee, monte et ravit tous les yeux par ses nuances vertes positives, symboles de jeunesse et de [...]
  • Cinq choses de cette semaine #17   Février. Le temps où l’hiver jouera longtemps avec nous à «partir ou rester» et où le dégel sera remplacé par des rafales de vent, mais les pensées vont inexorablement a la direction du printemps. Les plans, espoirs, voyages, rencontres, impressions. C’est en avance, mais vous pouvez maintenant rêver d’avions, de design italien et de [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

  • English
  • Русский
  • Français

Commentaires récents

    Рейтинг@Mail.ru